HomeSantéFilariose lymphatique : causes, symptômes et traitements

Filariose lymphatique : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

La fila­riose lym­pha­tique est une infec­tion qui touche des mil­lions d’individus dans cer­taines régions du monde. La plu­part des vic­times sont des enfants, mais elle n’épargne pas non plus les adultes. La fila­riose lym­pha­tique n’a géné­ra­le­ment pas de symp­tômes appa­rents. Tou­te­fois, lorsqu’elle atteint un stade par­ti­cu­liè­re­ment avan­cé, elle se mani­feste sous la forme de pro­fondes défi­gu­ra­tions esthé­tiques, qui peuvent même entra­ver la mobi­li­té des per­sonnes infec­tées. Quels sont les causes et les symp­tômes de la fila­riose lym­pha­tique ? Quelles sont les solu­tions pour trai­ter cette infection ?

La Filariose lymphatique : une maladie tropicale négligée

La fila­riose lym­pha­tique appar­tient à la famille des mala­dies tro­pi­cales négli­gées. Ce sont des maux qui ont pour épi­centre les régions tro­pi­cales dans le monde. Elles prennent le nom de mala­dies négli­gées, car en plus de tou­cher des popu­la­tions pauvres et négli­gées, l’action mon­diale en faveur de la san­té n’œuvre pas suf­fi­sam­ment pour lut­ter contre elles.

Comme son nom l’indique, la fila­riose lym­pha­tique affecte prin­ci­pa­le­ment le sys­tème lym­pha­tique. Il s’agit d’une mala­die para­si­taire, qui peut être cau­sée par 3 types de vers filaires.

Dans la majo­ri­té des cas, le prin­ci­pal res­pon­sable de la cette affec­tion est le ver Wuche­re­ria ban­crof­ti. Dans de très rares cas, des filaires tels que les Bru­gia timo­ri ou les Bru­gia malayi, peuvent aus­si cau­ser la fila­riose lym­pha­tique. Ces deux der­niers ont d’ailleurs la par­ti­cu­la­ri­té d’être beau­coup plus pré­sents en Asie.

Filariose lymphatique : quel est son mode de transmission ?

Bien qu’elle soit para­si­taire, la fila­riose lym­pha­tique est une mala­die à trans­mis­sion vec­to­rielle. En effet, l’infection se trans­met d’humain à humain, à tra­vers les piqûres de mous­tiques. Lorsqu’il infecte un indi­vi­du, le ver filaire s’introduit dans les vais­seaux lym­pha­tiques.

Il y gran­dit et y pond des larves micro­sco­piques appe­lées micro­fi­laires. Celles-ci cir­culent libre­ment dans le sang de la per­sonne infec­tée jusqu’à l’intervention du moustique.

Lorsqu’un mous­tique pique une per­sonne infec­tée, il emporte avec lui une par­tie des larves. Celles-ci se déve­loppent dans le corps du mous­tique, jusqu’à l’âge adulte. Lorsque le mous­tique pique un indi­vi­du sain, les larves passent du mous­tique au sang de la per­sonne saine, et vont se loger dans les vais­seaux lym­pha­tiques et ain­si le cycle de trans­mis­sion se perpétue.

Une fois que les vers filaires atteignent l’âge adulte, ils peuvent vivre plus de 5 ans dans le corps de leur hôte. Ils s’y accouplent et pondent régu­liè­re­ment des micro­fi­laires dans le sang de l’hôte. Cela signi­fie que chaque indi­vi­du por­teur est poten­tiel­le­ment un dan­ger pour toutes les per­sonnes saines autour de lui.

De plus, il n’y a pas qu’un seul type de mous­tique qui est vec­teur de la fila­riose lym­pha­tique. En Afrique notam­ment, de nom­breuses espèces trans­mettent l’infection. Par­mi les plus cou­rantes, on retrouve notam­ment l’Anophèle.

Quels sont les symptômes de la filariose lymphatique ?

L’une des par­ti­cu­la­ri­tés de la fila­riose lym­pha­tique est géné­ra­le­ment, l’absence de symp­tômes chez les per­sonnes qui en sont infec­tées. Tou­te­fois, lorsque le para­site endom­mage le sys­tème lym­pha­tique, cer­taines per­sonnes déve­loppent des symp­tômes qui ne passent pas inaperçus.

La filariose lymphatique aigüe

La fila­riose lym­pha­tique aigüe est carac­té­ri­sée par :

  • Des épi­sodes de fièvre ;
  • Des abcès ;
  • L’inflammation des ganglions.

Les autoch­tones sup­portent moyen­ne­ment la fila­riose lym­pha­tique aigüe. Par contre, chez les per­sonnes qui sont nou­velles dans un milieu à risque, elle peut avoir des effets désas­treux en absence d’une prise en charge rapide.

La filariose lymphatique chronique

Si un trai­te­ment adap­té n’est pas uti­li­sé dans la phase aigüe, la fila­riose lym­pha­tique peut deve­nir chro­nique, avec des symp­tômes assez graves. La par­tie du corps conta­mi­née par le para­site, peut notam­ment se trans­for­mer en lym­phœ­dème. À cela, il faut aus­si ajou­ter la sen­si­bi­li­té de la par­tie du corps conta­mi­née, qui lui fait perdre toute immu­ni­té face à d’autres infections.

Les complications de la filariose lymphatique

Lorsque la fila­riose lym­pha­tique est négli­gée sur plu­sieurs mois, elle peut se trans­for­mer en d’autres mala­dies telles que l’hydrocèle et l’éléphantiasis.

L’hydrocèle

On parle d’hydrocèle lorsque du liquide s’accumule dans le scro­tum, pro­vo­cant par la même occa­sion son élar­gis­se­ment. Il s’agit d’une com­pli­ca­tion cou­rante de la fila­riose lym­pha­tique, lorsque l’infection n’est pas rapi­de­ment prise en charge.

L’hydro­cèle est bénigne. Ce n’est pas non plus un mal très grave, mais elle peut gêner pro­fon­dé­ment la mobi­li­té, pro­vo­quer des dou­leurs aigües des tes­ti­cules et est loin d’être esthé­tique. De plus, au fil du temps et en absence de trai­te­ment, la bourse peut atteindre un volume déme­su­ré et engen­drer des troubles cli­niques importants.

L’éosinophilie pulmonaire

L’éosi­no­phi­lie pul­mo­naire n’est pas asso­ciée à une mala­die spé­ci­fique. Elle peut être la consé­quence de la consom­ma­tion de cer­tains médi­ca­ments. Elle est cau­sée par l’infiltration des éosi­no­philes dans les pou­mons. Dans le cas pré­sent, ce sont les para­sites de la fila­riose lym­pha­tique qui sont à l’origine de l’éosinophilie pulmonaire.

L’éléphantiasis

L’éléphantiasis est le déve­lop­pe­ment extrême de la fila­riose lym­pha­tique. En effet, si l’infection per­dure pen­dant plu­sieurs mois, elle peut entraî­ner une prise de volume signi­fi­ca­tive au niveau des jambes. Celles-ci s’enflent au point de gêner la mobi­li­té comme c’est le cas avec l’hydrocèle.

Comment établir le diagnostic de la filariose lymphatique ?

Le meilleur moyen pour éta­blir un diag­nos­tic de fila­riose lym­pha­tique est de pro­cé­der par des tests san­guins. En effet, le sang conta­mi­né révèle au micro­scope, des vers à l’intérieur des vais­seaux lymphatiques.

De plus, pour se pro­té­ger contre cer­tains dan­gers, le corps humain et plus par­ti­cu­liè­re­ment le sys­tème immu­ni­taire, a pour habi­tude de déve­lop­per des anti­corps très spécifiques.

À par­tir du moment où des anti­corps sont iden­ti­fiés dans les tests san­guins, cela peut déjà alar­mer les médecins.

Il convient tou­te­fois de rap­pe­ler que les tests au micro­scope pré­sentent de nom­breuses limites. En effet, ils ne per­mettent pas de savoir exac­te­ment s’il s’agit de vers adultes en rap­port avec la fila­riose lym­pha­tique ou d’un tout autre type de vers.

Une autre dif­fi­cul­té avec les tests san­guins, c’est qu’il faut sou­vent les effec­tuer de nuit. En effet, dans les régions du monde les plus tou­chées par la fila­riose lym­pha­tique, les micro­fi­laires ne se déplacent dans le sang que la nuit. Il est donc extrê­me­ment dif­fi­cile de les dis­tin­guer de jour.

C’est la rai­son pour laquelle, des méthodes de détec­tions beau­coup plus avan­cées telles que les tech­niques séro­lo­giques sont désor­mais envisagées.

Quels traitements pour la filariose lymphatique ?

Il n’existe aucun remède contre la fila­riose. Pour trai­ter cette infec­tion, il faut pro­cé­der par cas, et trou­ver des solu­tions adap­tées en fonc­tion des symp­tômes que pré­sente la victime.

Les médicaments

Les prin­ci­paux médi­ca­ments uti­li­sés dans la lutte contre la fila­riose lym­pha­tique sont des anti­pa­ra­si­taires. Leur mis­sion est de détruire le ver adulte dans le sang et d’empêcher sa repro­duc­tion. Prendre ce type de médi­ca­ment, c’est éga­le­ment réduire le risque de pro­pa­ga­tion de l’infection.

La chirurgie

Lorsque la fila­riose lym­pha­tique atteint un cer­tain stade, il faut bien plus que des médi­ca­ments pour en venir à bout. Si l’infection se trans­forme en hydro­cèle par exemple, on est obli­gé de faire une inter­ven­tion chirurgicale.

En effet, il n’existe pas encore de trai­te­ment médi­cal pour gué­rir d’une hydro­cèle. De plus, même en pro­cé­dant par injec­tion d’une sub­stance sclé­ro­sante, il y a de fortes chances de réci­dives. Pour évi­ter toute com­pli­ca­tion, la per­sonne infec­tée doit donc être opérée.

L’objectif de l’inter­ven­tion chi­rur­gi­cale est de vider la poche de liquide qui s’est for­mée au niveau du scro­tum. Pour cela, le méde­cin va pro­cé­der à une inci­sion loca­li­sée de la bourse.

La prise en charge de l’éléphantiasis

La prise en charge de l’élé­phan­tia­sis se fait en plu­sieurs étapes. Cer­tains médi­ca­ments tels que l’albendazole, per­mettent d’obtenir de bons résul­tats. Mais dans cer­tains cas, il est néces­saire de recou­rir à la chi­rur­gie. On peut éga­le­ment envi­sa­ger d’autres soins com­plé­men­taires tels que les massages.

Le cas de l’éosinophilie pulmonaire

L’éosinophilie pul­mo­naire n’entraîne pas de consé­quences graves lorsqu’elle est légère. Il est même pos­sible d’en gué­rir sans trai­te­ments. Cepen­dant, lorsqu’elle est aigüe, le trai­te­ment idéal est l’utilisation de corticoïdes.

Les méthodes de prévention de la filariose lymphatique

Même s’il existe aujourd’hui de nom­breux trai­te­ments contre les symp­tômes de la fila­riose lym­pha­tique, il n’y a pas encore de remède contre l’infection elle-même. De plus, il est impor­tant de rap­pe­ler que les per­sonnes qui souffrent des symp­tômes les plus avan­cés de la fila­riose lym­pha­tique tels que l’éléphantiasis, sont le plus sou­vent vic­times de stig­ma­ti­sa­tions dans leur socié­té. L’idéal est de pré­ve­nir cette mala­die, sur­tout dans les zones à risque.

Le meilleur moyen pour le faire est de se pro­té­ger contre les vec­teurs du ver : les mous­tiques. Après tout, ce sont eux qui, à tra­vers leurs piqures, trans­mettent la fila­riose lym­pha­tique aux êtres humains.

Les solu­tions pour se pro­té­ger contre les mous­tiques sont aus­si diverses que variées. Si une cli­ma­ti­sa­tion n’est pas dis­po­nible, on peut tou­jours dor­mir sous des mous­ti­quaires impré­gnées. Pour les per­sonnes qui doivent pas­ser beau­coup de temps dehors en pleine nuit, l’utilisation de crèmes anti mous­tique et le port de vête­ments longs sont vive­ment recommandés.

Pour contrac­ter la fila­riose lym­pha­tique, il faut se faire piquer à de nom­breuses reprises. C’est la rai­son pour laquelle, les voya­geurs de courtes durées dans les zones à risques ont peu de chance de l’attraper.

Il existe éga­le­ment des mesures de pré­ven­tions à grande échelle implé­men­tées par l’Organisation Mon­diale pour la San­té. Elles consistent à four­nir aux com­mu­nau­tés les plus à risque, des médi­ca­ments qui réduisent la pro­pa­ga­tion des vers dans le sang.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...