HomeNon classéLes promesses de la DHEA l'hormone anti-viellissement ?

Les promesses de la DHEA l’hormone anti-viellissement ?

Published on

spot_img

2000 – 2002 – 2003 – 2006

La DHEA est une hor­mone à laquelle on prête depuis plu­sieurs années des ver­tus contre le vieillis­se­ment car sa concen­tra­tion dans l’or­ga­nisme dimi­nue avec l’âge.

MAJ 03/2003 : Lire Marche arrière sur la DHEA
MAJ 10/2006 DHEA in elder­ly women and DHEA or tes­tos­te­rone in elder­ly men [Lire]

En 2000, le Pr Fran­çoise Forette et le Pr Etienne Emile Bau­lieu ont menée une pre­mière étude concer­nant les effets de cette molé­cule sur les per­sonnes âgées, l’en­quête DHEAge

Cette étude contre pla­ce­bo a duré un an et por­té sur 280 per­sonnes : 70 hommes et 70 femmes de 60 à 69 ans, 70 hommes et 70 femmes de 70 à 79 ans, en bonne san­té phy­sique et men­tale. On leur a don­né chaque jour soit 50 mg de DHEA soit un pla­ce­bo Toutes ont été sui­vies très régu­liè­re­ment par dif­fé­rentes équipes médicales.
Voir éga­le­ment : DHEA : MAJ Contre-indi­ca­tion et bilan initial

  • Ceux qui ont reçu la DHEA l’ont bien tolé­rée, c’est un pre­mier résul­tat impor­tant, et ont retrou­vé des taux équi­va­lents à ceux d’a­dultes jeunes.
    Ce qui veut dire que cette molé­cule n’est pas toxique et qu’elle ne s’ac­cu­mule pas dans l’organisme.
  • Les effets obser­vés per­mettent de dire que l’ad­mi­nis­tra­tion sur­veillée et contrô­lée de DHEA peut contre­car­rer cer­tains désa­gré­ments liés au vieillis­se­ment. Sur­tout pour les femmes les plus âgées, celles qui avaient au début de l’é­tude les taux les plus bas de DHEA.
  • Actuel­le­ment, rien ne per­met de dire que c’est une hor­mone de jou­vence ! retour en haut de page
  • La prise régu­lière de DHEA a induit, chez toutes les femmes de l’é­tude, une aug­men­ta­tion de la den­si­té osseuse, et chez les plus âgées, une recons­truc­tion de l’os. C’est très impor­tant, mais on n’ob­serve pas le même phé­no­mène chez les hommes. Les effets de la DHEA sur l’os sont effec­ti­ve­ment sem­blables à ceux des oes­tro­gènes, pres­crits aux femmes à la méno­pause mais on uti­li­sa­tion en rem­pla­ce­ment du THS n’est pas actuellement.validée par des études suffisantes
  • Les der­ma­to­logues ont aus­si consta­té une amé­lio­ra­tion consi­dé­rable de la peau, à la fois chez les femmes et chez les hommes : aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion de sébum, meilleure hydra­ta­tion, dimi­nu­tion de la colo­ra­tion jaunâtre.
  • Sur la libi­do : seules les femmes de plus de 70 ans ont réagi posi­ti­ve­ment avec aug­men­ta­tion de l’in­té­rêt libi­di­nal et meilleure satis­fac­tion sexuelle.
DHEA
La nou­velle esbroufe

DHEA, fon­taine de jou­vence, qui main­tien­drait le corps jeune, l’es­prit alerte et entre­tien­drait la libi­do. Super­hor­mone qui pro­té­ge­rait contre les prin­ci­pales causes de mor­ta­li­té : patho­lo­gie car­dio­vas­cu­laire, can­cers, défaillances du sys­tème immu­ni­taire, patho­lo­gies dégé­né­ra­tives, etc…
En réa­li­té, pas un seul de ces bien­faits n’est démon­tré par des essais cli­niques de métho­do­lo­gie cor­recte ver­sus pla­ce­bo. Sur l’autre pla­teau de la balance, les effets indé­si­rables sont bien réels et inquié­tants : des effets andro­gé­niques et des élé­ments en faveur qu’un risque de can­cers hormonodépendants.
Actuel­le­ment l’en­goue­ment pour la DHEA ne repose sur aucune don­née solide. Il ne fait ni pres­crire ni conseiller cette mys­ti­fi­ca­tion mul­ti­mé­dia­ti­sée. Il y a beau­coup mieux pour aider à bien vieillir.
Pres­crire N° 227, Avril 2002

 

La DHEA est dis­po­nible aux Etats Unis comme com­plé­ment nutri­tif, sans aucun contrôle de la qua­li­té du pro­duit. Elle était jusque là inter­dite en France. Les pou­voirs publics seront obli­gés d’en tenir compte car le nombre des per­sonnes âgées va aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment dans les années qui viennent. Il faut main­te­nant que des labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques s’y inté­ressent, qu’ils fassent les essais et les démarches néces­saires à une mise sur le mar­ché de la DHEA dans un cadre contrôlé.
Tous les résul­tats de cette pre­mière enquête, DHEAge ne sont pas encore connus.. Il reste à voir les consé­quences de cette prise quo­ti­dienne de DHEA

  • sur le sys­tème immu­ni­taire sur les per­for­mances cog­ni­tives, sur la sen­sa­tion de bien-être
  • chez les femmes de 60 à 69 ans, sur les fonc­tions musculaires.

Ensuite,la mêm étude doit être faite chez les per­sonnes de plus de 80 ans, dont le nombre va se mul­ti­plier dans les années à venir, et qui sont les prin­ci­pales vic­times de frac­tures, avec les consé­quences les plus graves.

Il est abso­lu­ment néces­saire de lan­cer une grande étude sur la mor­ta­li­té et la mor­bi­di­té d’une popu­la­tion de 5000 per­sonnes sui­vies pen­dant cinq ans pour connaître vrai­ment l’in­ci­dence de la DHEA sur les mala­dies liées au vieillis­se­ment. Elle est indis­pen­sable si l’on veut obte­nir une connais­sance appro­fon­die des effets de la DHEA.

Avril 2001, Com­mu­nique de l’Ordre des Méde­cins ===> ICI Un excès de prudence ???
A lire éga­le­ment Res­ter jeune jus­qu’à 120 ans (Sciences et Ave­nir 03/1999)
Mais aus­si Man­ger moins pour vivre plus :-)) (Sciences et Ave­nir 03/1999

Pour en savoir plus dheage.com/

Voir éga­le­ment par ordre de lise en ligne

Latest articles

Avlocardyl (Propranolol): pharmacodynamie, indications, contre-indications

Le propranolol (ou avlocardyl) est un médicament appartenant à la famille des bêta-bloquants non...

Beta HCG gonadotrophine chorionique humaine : valeurs normales, intérêt clinique

La gonadotrophine chorionique humaine est une hormone sexuelle composée de glycoprotéines. Elle fait 37,9 kDa...

Bartonelloses : Catégories, Causes, Symptômes et traitements

Les Bartonelloses sont des maladies infectieuses causées par des bactéries de type Bartonella. En...

Apoptose : causes, rôles, déroulement, dysfonctionnements et conséquences

L’apoptose encore appelée « mort cellulaire programmée » constitue un phénomène physiologique à travers lequel des...

More like this

Avlocardyl (Propranolol): pharmacodynamie, indications, contre-indications

Le propranolol (ou avlocardyl) est un médicament appartenant à la famille des bêta-bloquants non...

Beta HCG gonadotrophine chorionique humaine : valeurs normales, intérêt clinique

La gonadotrophine chorionique humaine est une hormone sexuelle composée de glycoprotéines. Elle fait 37,9 kDa...

Bartonelloses : Catégories, Causes, Symptômes et traitements

Les Bartonelloses sont des maladies infectieuses causées par des bactéries de type Bartonella. En...