HomeBien-êtreLES DIARRHÉES AIGUËS ENFANT ET NOURRISSON : DIAGNOSTIC, TRAITEMENT ET PRÉVENTION

LES DIARRHÉES AIGUËS ENFANT ET NOURRISSON : DIAGNOSTIC, TRAITEMENT ET PRÉVENTION

Publié le

spot_img

D’après des sta­tis­tiques, la diar­rhée et la déshy­dra­ta­tion peuvent cau­ser jusqu’à deux mil­lions et demi de décès par an. Il s’agit d’un chiffre inquié­tant, sachant que la forme aiguë de cette affec­tion est très fré­quente chez les nour­ris­sons et les enfants.

En réa­li­té, cette mala­die peut s’en aller d’elle-même au bout de quelques jours, mais il est pri­mor­dial de vite réagir pour évi­ter des com­pli­ca­tions. Ain­si, il est essen­tiel de connaître les ori­gines et les mani­fes­ta­tions de ce mal pour trou­ver un trai­te­ment adéquat.

Diarrhée : définition

En géné­ral, la diar­rhée chez l’enfant se pro­duit lorsque ce der­nier émet fré­quem­ment des selles aqueuses ou plus molles que d’habitude. Cette mala­die peut être suivie :

  • de fièvres ;
  • de dou­leurs abdominales ;
  • d’anorexie ;
  • de vomis­se­ments ;
  • de perte de poids aiguë ;
  • de pas­sage de sang.

Il existe deux types de diar­rhées : la forme chro­nique qui dure plus de deux semaines et le type aigu qui sévit pen­dant moins de qua­torze jours. C’est le der­nier cas qui est le plus diag­nos­ti­qué en pédiatrie.

Diarrhée aiguë : causes

De nom­breux élé­ments peuvent être à la base d’une diar­rhée aiguë chez l’enfant et le nour­ris­son. Tou­te­fois, les into­lé­rances ali­men­taires et les infec­tions intes­ti­nales virales sont les plus fréquentes.

Les infections intestinales

La plu­part des cas de diar­rhées aiguës sont dus à des infec­tions par virus. La plus cou­rante est la gas­tro-enté­rite à rota­vi­rus. Les intoxi­ca­tions ali­men­taires, les para­sites, les cham­pi­gnons micro­sco­piques et les bac­té­ries sont aus­si des causes de cette maladie.

Par ailleurs, les microbes cités ci-des­sus sont trans­mis aux petits, lorsque ces der­niers entrent en contact avec :

  • des matières fécales ;
  • des patients atteints du mal ;
  • de la salive ;
  • des ani­maux domestiques ;
  • des nour­ri­tures infectées.

En outre, beau­coup de nour­ris­sons sont affec­tés par la diar­rhée aiguë pen­dant l’hiver. En effet, il s’agit d’une période où la gas­tro-enté­rite virale se pro­page et les bébés les plus sen­sibles le contractent.

Les bactéries causant la diarrhée aiguë

Cer­taines diar­rhées sont sui­vies de fortes fièvres d’au moins 40 °C, d’écoulement de sang, de glaires dans les selles et de dou­leurs de l’abdomen. Il s’agit dans ces cas d’une infec­tion intes­ti­nale bac­té­rienne. S’agissant des germes res­pon­sables d’une telle diar­rhée, l’accent est mis sur les cam­py­lo­bac­ter, les Shi­gel­la, les sal­mo­nelles et cer­tains E Coli.

L’intolérance alimentaire

Si l’organisme de l’enfant ne sup­porte pas cer­tains ali­ments, il peut faire une into­lé­rance ali­men­taire qui va pro­vo­quer une diar­rhée aiguë ; allu­sion faites aux élé­ments comme le glu­ten ou le lac­tose. Autre­ment dit, les aller­gies cau­sées par cer­tains ali­ments peuvent être à l’origine d’une diar­rhée aiguë chez l’enfant.

Autres causes de diarrhée aiguë

Les nour­ris­sons peuvent souf­frir d’une diar­rhée aiguë lorsque la pous­sée des dents se pro­duit avec dif­fi­cul­té. Les périodes de rhi­no­pha­ryn­gites ou d’otites peuvent aus­si cau­ser cette mala­die. Enfin, cer­tains médi­ca­ments comme les anti­bio­tiques peuvent avoir pour effets secon­daires l’émission de selles liquides ou plus molles que d’habitude.

Diarrhée aiguë chez l’enfant ou le nourrisson : consultation

DIARRHÉES AIGUËS ENFANT

Appe­lez un méde­cin si la diar­rhée aiguë de votre enfant pro­voque des sai­gne­ments, des pleurs inces­sants ou des fièvres durant plus de 24 heures. Les érup­tions cuta­nées, les vomis­se­ments et le refus du malade de s’hydrater sont éga­le­ment des signes qui doivent vous pous­ser à consul­ter un pédiatre.

Il en est de même lorsque la diar­rhée est pré­sente depuis plus de sept jours ou si l’enfant montre des symp­tômes de déshy­dra­ta­tion. Il peut s’agir d’une peau gri­sâtre, d’une aug­men­ta­tion du rythme car­diaque ou de l’enfoncement des yeux.

Diarrhée aiguë chez l’enfant ou le nourrisson : diagnostic

Pour diag­nos­ti­quer une diar­rhée, le pédiatre suit une cer­taine procédure.

Prendre connaissance de l’état de l’enfant

Le méde­cin va cher­cher à connaître les anté­cé­dents médi­caux de l’enfant et la plainte de son accom­pa­gna­teur. Pour ce faire, celui-ci va poser des ques­tions pour avoir une idée de l’objet de leur consultation.

Il devra ensuite se concen­trer sur la durée, la qua­li­té et la répé­ti­tion des selles du bébé. Les dif­fé­rentes inter­pré­ta­tions devront l’aider à savoir si ce der­nier est fié­vreux ou s’il s’est plaint de dou­leurs abdominales.

Le méde­cin trai­tant véri­fie éga­le­ment si le nour­ris­son a vomi ou si ses selles com­prennent du sang. Il a par ailleurs l’obligation d’établir les com­po­sants de l’alimentation du patient. Il peut s’agir de lis­ter les quan­ti­tés de nour­ri­tures ou de bois­sons riches en sucre que ce der­nier a récem­ment consom­mées. Il lui revient éga­le­ment de noter tous les anté­cé­dents de consti­pa­tion et de selles dures chez le nourrisson.

Tou­jours dans l’optique d’avoir d’amples infor­ma­tions, le méde­cin trai­tant véri­fier les fac­teurs à risque de la diar­rhée aiguë dont souffre son patient. À cet effet, il revient aux parents de l’informer sur des voyages récents faits avec leur enfant et des contacts que ce der­nier aurait eus avec des ani­maux ou avec une per­sonne pré­sen­tant les mêmes symptômes.

Rechercher d’éventuelles complications

Le pédiatre doit se pen­cher sur les signes d’une éven­tuelle com­pli­ca­tion de la diar­rhée. Il va cher­cher à savoir si la mic­tion de l’enfant est moins répé­tée qu’habituellement. Cela revient à véri­fier cer­tains symp­tômes : sinu­site, fis­sures anales, lésions cuta­nées, etc.

Réaliser des examens cliniques

Le méde­cin doit exa­mi­ner les signes vitaux de l’enfant pour déce­ler une déshy­dra­ta­tion, une léthar­gie ou des dou­leurs. Celui-ci est aus­si cen­sé noter les dif­fé­rents para­mètres de crois­sance de son patient.

En outre, il devra déterminer :

  • l’humidité ou non des muqueuses ;
  • l’existence de polype nasal ;
  • la pré­sence d’ulcère buc­cal ou de der­ma­tite pso­ria­si­forme.

Des dif­fé­rentes ana­lyses effec­tuées sur le ventre vont non seule­ment per­mettre au méde­cin d’évaluer la sou­plesse de la peau de l’enfant, mais éga­le­ment de déter­mi­ner l’apparition de lésions cuta­nées ou de gon­fle­ment de ses articulations.

Diarrhée aiguë chez l’enfant ou le nourrisson : traitements

Le trai­te­ment de la diar­rhée aiguë chez le nour­ris­son et l’enfant peut varier selon la cause de la maladie.

La réhydratation

Pour réhy­dra­ter un bébé ou un jeune enfant, il est conseillé d’utiliser une solu­tion de réhy­dra­ta­tion orale (SRO). Cette der­nière doit inclure de 50 à 90 mEq/L de sodium, mais aus­si 2 % de glu­cose ou de glu­cides complexes.

Néan­moins, il est stric­te­ment décon­seillé d’employer des sodas, des jus de fruits, des bois­sons éner­gé­tiques ou d’autres breu­vages du même type. En effet, ces der­niers ne sont pas adé­quats pour avoir un effet répa­ra­teur sur la diar­rhée aiguë dont souffre l’enfant

Dosage d’une solution SRO

Pour admi­nis­trer du SRO à un jeune patient atteint de diar­rhée aiguë, il faut au prime à bord véri­fier si celui-ci vomit. Si tel est le cas, com­men­cez avec une faible quan­ti­té de la solu­tion. Don­nez-lui 5 ml de la solu­tion chaque cinq minutes et aug­men­tez pro­gres­si­ve­ment la quan­ti­té si son orga­nisme tolère.

Si tou­te­fois la diar­rhée n’est pas accom­pa­gnée de vomis­se­ments, vous pou­vez lui admi­nis­trer 50 ml/kg en quatre heures pour une légère déshy­dra­ta­tion. Vous pou­vez aller jusqu’à 100 ml/kg en quatre heures s’il s’agit d’un cas modé­ré. Dans ce cas, ajou­tez 10 ml/kg de SRO chaque fois que l’enfant émet une selle diar­rhéique, mais n’excédez pas les 240 ml.

Pour pré­ve­nir d’éventuelles com­pli­ca­tions, le malade doit être rééva­lué après quatre heures afin de déter­mi­ner de poten­tielles évo­lu­tions. Tou­te­fois, si celui-ci est tou­jours déshy­dra­té, conti­nuez la réhy­dra­ta­tion en tenant compte des mêmes quantités.

L’alimentation de l’enfant et du nourrisson diarrhéique

Après la réhy­dra­ta­tion et l’arrêt des vomis­se­ments, il est indis­pen­sable que le diar­rhéique reprenne une ali­men­ta­tion appro­priée pour son âge. En ce qui concerne les bébés, ils sont libres de reprendre l’allaitement que ce soit au sein ou non.

Les médicaments

Les com­pri­més contre la diar­rhée aiguë chez l’enfant et le nour­ris­son ne sont pas néces­saires. Ils sont par­fois décon­seillés et leur uti­li­sa­tion ne dis­pense pas des mesures de la réhy­dra­ta­tion qui demeurent indispensables.

Ain­si, l’OMS conseille de ne pas employer de médi­ca­ments anti­diar­rhéiques chez les petits. Par exemple, l’Imodium n’est pas indi­qué pour les patients de moins de deux ans au risque de pro­vo­quer une septicémie.

Faire une bouillie de riz

Même si la bouillie de riz est faible en glu­cide, elle se pro­pose comme une alter­na­tive pour trai­ter une diar­rhée aiguë. L’enfant devra cepen­dant être en âge de la consommer.

S’agissant du pro­cé­dé, faites cuire 50 à 60 grammes de riz dans un litre d’eau non salée. Ensuite, mixez la céréale et ajoutez‑y un quart ou une demi-cuillère à café de sel de cui­sine. Vous pou­vez aus­si y inclure le même volume de jus de citron pour enri­chir la solu­tion en potassium.

Autres remèdes contre la diarrhée aiguë

Les solu­tions com­po­sées de micro-orga­nismes comme Ultra-Levure et Lac­téol Fort sont rela­ti­ve­ment effi­caces pour lut­ter contre diar­rhée aiguë chez l’enfant. Il est éga­le­ment recom­man­dé de recou­rir aux absor­bants et aux argiles si votre bébé accepte de les consom­mer. Tou­te­fois, il est pri­mor­dial de deman­der conseil auprès du pédiatre avant d’opter pour ces traitements.

Quant aux diar­rhées bac­té­riennes telles que la typhoïde, les cam­py­lo­bac­ter et les shi­gel­loses, elles peuvent être trai­tées avec des anti­bio­tiques. Pour les autres types, ce trai­te­ment n’est conseillé qu’en cas d’émission de selles liquides et molles de façon prolongée.

A ces solu­tions s’ajoutent :

  • du rin­ger lac­tate ;
  • du lait sans lac­tose (Olac, HN RL, AL 110, Giargal) ;
  • des hydro­ly­sats de pro­téines de lait de vache (Pres­gé­ti­mil, Nutra­mi­gen, Alfa­ré, Gal­lia­gène).

Diarrhée aiguë chez l’enfant ou le nourrisson : prévention

DIARRHÉES AIGUËS ENFANT

La diar­rhée aiguë chez l’enfant est géné­ra­le­ment induite par un manque d’hygiène. Cela peut aus­si être cau­sé par la non-vac­ci­na­tion du petit contre cer­taines affec­tions. Voi­ci quelques mesures à prendre pour pal­lier ces insuffisances.

Respecter les mesures d’hygiène

Il existe des règles d’hygiène de base que vous devez res­pec­ter pour évi­ter que votre enfant ne souffre de la diar­rhée. Vous deve­nez ain­si vous assu­rer qu’il se lave les mains après avoir été aux toi­lettes et lorsqu’il rentre à la mai­son après l’école.

Vacciner les petits contre les infections virales

Les infec­tions à rota­vi­rus sont de fré­quentes causes de la diar­rhée aiguë chez les enfants. Ce virus pro­voque la plu­part des gas­troen­té­rites virales chez les petits n’ayant pas encore deux ans. Pour le pré­ve­nir, il existe deux vac­cins et il est recom­man­dé de les faire avant les 6 ou 8 pre­miers mois de l’enfant, bien évi­dem­ment sur l’avis d’un médecin.

Derniers articles

Épaule douloureuse : causes, symptômes et traitements

Les épaules sont les muscles du corps les plus sollicités quotidiennement. Elles servent à...

Épilepsie et grossesse : risques et traitements

C’est généralement au cours de l’enfance ou au début de l’adolescence que l’épilepsie se...

Énurésie chez l’enfant : causes, symptômes et traitements

L’énurésie fait référence à un terme médical utilisé pour désigner le fait d’uriner inconsciemment...

Les péricardites : causes, symptômes, diagnostic et traitement

Le cœur est un muscle de la taille d’un poing, en forme de cône....

Pour aller plus loin

Épaule douloureuse : causes, symptômes et traitements

Les épaules sont les muscles du corps les plus sollicités quotidiennement. Elles servent à...

Épilepsie et grossesse : risques et traitements

C’est généralement au cours de l’enfance ou au début de l’adolescence que l’épilepsie se...

Énurésie chez l’enfant : causes, symptômes et traitements

L’énurésie fait référence à un terme médical utilisé pour désigner le fait d’uriner inconsciemment...